Maill(ag)e à partir

Publié le par Ghislaine J-P

Limoges, Argentat, Brive, Saint-Germain les-Belles, Aubusson, Saint-Léger-la-Montagne,...
Cette semaine, les premiers comités locaux se mettent en place, afin de mailler finement le territoire : l'écorégion se construit quartier par quartier, commune par commune. Cette organisation, souple et déjà éprouvée au cours de la campagne européenne, rend compte à quel point la parole est habituellement confisquée par les partis classiques (y compris parfois chez les Verts) où les notables du parti "verrouillent" les discussions : une parole autre serait déjà un signe de concurrence à venir pour le partage des places.
Dans nos comités locaux, pas de calculs politiciens mais une volonté commune de hâter la prise de conscience de la nécessité de changer de logiciel politique et social. La croissance infinie ne peut exister dans un monde fini, et nous allons pourtant, dans cette perspective que les économistes néolibéraux ne veulent pas penser, remodeler un monde meilleur. Et en débattre dans nos comités locaux. Pour l'heure nous nous préparons à expliquer les enjeux du sommet de Copenhague.
La convergence
de l'épuisement des ressources  : le "peak oil"  technique dans la décennie qui vient où la demande va être plus forte que l'offre, faisant grimper les prix des dernières ressources fossiles disponibles,
de la pollution corrélative engendrée par la dispersion de leurs déchets dans notre environnement : effet de serre, destruction des coraux et  donc des ressources halieutiques,
n'est sûrement pas fortuite, en tout cas l'occasion salutaire de sortir de la logique capitaliste du toujours plus de biens consommés...
Mais nous y reviendrons, en détail, lorsque nous allons décliner l'écorégion en mesures prioritaires et concrètes pour réussir notre rendez-vous avec l'avenir.
Pour trouver les lieux et heures de réunion :  http://www.rassemblement-limousin.org

Commenter cet article

Botulik 01/12/2009 16:45


Jacques Attali dans son dernier livre sur les crises à venir parle aussi de cela. Mais il s'obstine à refuser devoir l'impasse de la croissance industrielle. Il y a un an, ce brillant penseur
annonçait dans son rapport à Sarko, quelques semaines avant le début de la récession, que l'économie mondiale allait connaître une phase d'expansion sans précédent