Le coup de Tarnac

Publié le par G J-P

Nous étions nombreux à Tulle, à l'initiative de Peuples et Culture, pour assister à la projection d'une analyse courageuse de l'ouragan qui a secoué un village du plateau de Millevaches : les cellules antiterroristes de l'Elysée et ses moyens colossaux contre la prétendue cellule invisible de l'ultragauche... alimentant tous les fantasmes autour d'un Julien Coupat-coupable;  si coupable que les nervis de l'hyperlibéralisme ne prenaient même pas la peine de bâtir légalement le faisceau de preuves nécessaires à la juste instruction du dossier .

Le film montre bien la façon très habile dont les victimes de l'acharnement policier ont su tirer partie des égarements politico-policiers, ce dont nous pouvons certes nous réjouir, mais dont il convient aussi de pointer les effets de classe.
En effet, par certain côté, c'est une pathétique lutte de classe à l'envers : les enfants rebelles de la bourgeoisie dans la peau de gauchistes alternatifs contre des gros bras des classes populaires qui se font berner et se mettent toute la classe médiatique à dos.

Les victimes jubilent car elles ont mis en évidence un système aveugle qui pourraient broyer les vies d'autres qui n'ont pas les moyens intellectuels et les réseaux financiers et sociaux pour se défendre. On imagine ce qui se serait passé si ceux de Tarnac s'étaient appelés Mouled et Ibrahim dans les mêmes conditions, ou plus simplement s'ils n'avaient eu aucun reseau suffisamment crédible et solide pour qu'ils ne soient pas oubliés.

Un proverbe sénégalais dit qu'il faut tout un village pour élever un enfant, nous saurons désormais, qu'il faut tout aussi tout un village et tout un reseau pour que la justice  ne s'effondre pas...

Pour voir le film :

tarnac 54925227Retour sur un an d'enquêtes et de procédures dans le cadre de l'affaire des sabotages de lignes TGV imputée au groupe de Tarnac. L'émission diffusée le mardi 8 décembre 2009 revient sur les conditions de l'arrestation des membres du groupe et sur les aspects judiciaires et politiques de l'affaire.

France 3

Commenter cet article